Redemption Knights

Guilde casual de Dofus ~ Serveur Djaul
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La bibliothèque des Rk

Aller en bas 
AuteurMessage
Epimethee

avatar

Nombre de messages : 293
Age : 31
Localisation : Lille
Date d'inscription : 27/06/2008

MessageSujet: La bibliothèque des Rk   Jeu 5 Nov 2009 - 20:30

Voilà, c'est là que nos membres écrivains en herbe nous comptent leurs belles histoires et péripéties, c'est en d'autres termes la section RP du fofo!

A vos plume Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volesprit

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 32
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Ven 6 Nov 2009 - 0:35

Chapitre I : La rencontre


Brakmar, cité obscure dont les rues sont lourdes de menaces pour tout les faibles esprits et combattants qui s’y égarent. Une cité qui voue un culte à la puissance, à la maîtrise des éléments, et surtout, à la guerre. L’histoire qui va suivre va nous montrer la rencontre entre Oto Mustam, chef de la milice de Brakmar avec une jeune disciple iop du nom de Volesprit. Comme tout les soirs, si possible il est de distinguer le jour de la nuit à Brakmar, Oto Mustam se rendait à la taverne de Djaul. Dès qu’il entra, les bruits de discussions s’étouffèrent. La réputation du chef de la milice n’était plus à faire quant à la cruauté de ses châtiments ainsi qu’à ses capacités dans les combats. Il se dirigea comme à son habitude vers le fond de la taverne et attendit que le responsable des lieux viennent s’empresser de lui demander sa commande. Le tavernier arriva presque aussitôt. Oto Mustam eut un rire amer en le voyant claudiquer vers sa table.

- Alors tavernier, vous avez toujours mal à votre jambe ? Hum… Je vous avais prévenu qu’essayer de me voler ne vous rapporterait que des ennuis. Estimez vous heureux d’avoir encore vos deux jambes. Je ne suis pas là pour commander, en fait, je viens me renseigner sur cette rumeur qui circule dans toutes les tavernes.
- U….Une….rumeur ? Je ne vois pas laquelle, vraiment…
- Peut être que si votre jambe venait à se détacher du reste de votre balourd de corps, votre mémoire reviendrait. Ne me prenez pas pour un idiot tavernier ! Je sais très bien que s’il y a une rumeur qui circule dans les tavernes, la votre est forcément au courant, une enseigne tel que la votre.

Oto Mustam laissa quelques secondes au tavernier qui semblait enfin comprendre qu’il venait de recevoir un compliment sur le prestige de sa taverne. Bien évidemment, Oto l’avait fait sciemment pour obtenir les informations. Les taverniers sont si stupides, surtout celui-ci.

- En fait, il me semble bien en avoir entendu parler, oui, je me souviens maintenant.
Oto eut un sourire ironique en entendant le tavernier, quelle grosse baleine stupide et arrogante.
- Et donc tavernier ? Vais-je avoir les réponses à mes questions, ou faut il vraiment que je perde patience ?
- No…on, non. Je vais vous dire ce que vous voulez savoir, si j’ai les réponses à vos questions.
- Bien. Est-ce vrai que vous avez reçu la visite d’une disciple iop étrangère à la cité dans la soirée d’hier ?
- Beaucoup de disciple iop passe dans ma taverne.

Oto perdit un instant patience, de rage, il planta le bout de sa hallebarde dans le pied du tavernier qui s’écroula à moitié sur la table de douleur.

- Ne me faites pas perdre mon temps, ou bien je crois que la taverne de Djaul va se trouver un nouveau propriétaire !
- Veuillez m’excusez messires…Oui une disciple iop correspondant aux rumeurs de la semaine passé est bien passé prendre commande dans ma taverne.
- A-t-elle posé des questions au sujet de la milice ?
- Oui, elle m’a demandé qui était le responsable dans la cité de la milice.
- Et vous avez répondu ?
- Elle n’était pas du genre à se satisfaire d’un silence.

Oto rigola à pleine gorge, il imaginait très bien le tavernier molesté par la iop. Décidemment, il fallait vraiment qu’il mette la main sur cette Volesprit.

- Ainsi vous lui avez donné mon nom. Ce n’est pas une question tavernier, votre courage sans faille est légendaire. A-t-elle évoqué le massacre qui eut lieu dans la lande de sidimotes il y a quelques jours ?
- C’est possible…

Oto appuya tellement fort sur sa hallebarde que la pointe s’enfonçait maintenant dans le plancher. Le pied du tavernier était littéralement épinglé au sol. Si possible que ce fut, le tavernier blêmit encore, à la limite de la perte de connaissance. Oto relâcha un peu la pression, le tavernier devait tenir jusqu’à la fin de l’interrogatoire.

- Alors ?
- Oui, elle en a parlé…messires, pourriez vous retirer votre hallebarde de mon pied, je ne sens plus ma jambe, pitié…
- Hum. Là c’est mieux ?
Il enfonça encore plus fort la pointe de la hallebarde. Le tavernier perdit connaissance quelques instants. Quand il revint à lui, il était pâle comme la mort.
- Vous êtes vraiment têtu tavernier, donnez moi mes réponses, rapidement. La prochaine fois, j’accroche votre tête au bout de la pique ! Bien. Dernière question, ensuite je vous laisserais. Savez-vous si cette disciple iop réside dans le quartier près de votre taverne ?
- Pas à ma connaissance répondit le tavernier qui avait peine a garder conscience.
- Très bien.

Oto retira sa hallebarde du pied du tavernier dont les yeux se remplirent de larmes de douleurs. Il faudrait penser à le faire assassiner bientôt pensa-t-il. Beaucoup trop lent à coopérer. Se levant lentement de sa chaise, il prit congé du tavernier qui ne semblait pas malheureux de laisser filer ce « client » là. L’air était frais dehors quand Oto Mustam ressorti de la taverne. La nuit était bien sombre ce soir, les ruelles mal éclairées étaient propices aux agressions et aux embuscades. Du moins, pour une personne autre que le chef de la milice. Il se dirigea vers le quartier Ouest de la ville, le quartier des bouchers. Il croisa 2 patrouilles ce soir là, les miliciens le saluèrent lorsqu’il arriva à leur hauteur.

- Comment se porte Brakmar ce soir ?
- Aucuns problèmes Chef ! Répondit un des miliciens, un des plus hargneux, mais aussi un des plus responsables, dans les critères brakmariens évidemment.

Il émergea à la sortie d’une des rues principales. Devant lui, plusieurs choix pour rentrer chez lui. La rue principale qui passait par un quartier désert de la ville, ou bien les ruelles sombres qui rasaient les murailles de la ville. Le deuxième chemin était plus court, mais plus risqué. N’ayant guère envie de fracasser plus de crâne pour la journée, Oto décida de prendre la rue principale. Cela faisait presque dix minutes qu’il marchait quand il entendit derrière lui des bruits de pas. Il se retourna le plus lentement possible, non pas pour être discret, mais pour faire comprendre à la personne qui le suivait qu’il n’avait pas peur de lui. La personne en question était trop loin et pas assez exposé pour être visible entièrement, mais sa taille et sa silhouette pouvait convenir à une disciple de iop. Il sourit, tout se déroulait comme prévu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volesprit

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 32
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Lun 9 Nov 2009 - 15:33

Chapitre II : Volesprit & Alestor


Plusieurs heures que Volesprit suivait le chef de la milice de Brakmar à travers les rues venteuses et malsaines. Quand il était sorti de la taverne de Djaul, elle savait déjà que ce balourd de tavernier avait parlé. Elle ne devrait pas oublier de le remercier comme il se doit, mais pour le moment, ne pas perdre de vue l’homme devant elle était le plus important. Pendant plusieurs minutes la filature fut aisée, mais lorsque Oto croisa la double patrouille, Volesprit dû changer son plan.

- Je vais finir par me faire coincer a agir comme un sram…

Oto Mustam venait de quitter la patrouille et semblait décider a suivre la voie la moins tortueuse et la moins risquée pour retourner chez lui. Tant mieux pensa Volesprit, marre de me cacher. Elle fit délibérément du bruit en marchant d’un pas lourd, prenant un malin plaisir a ne pas éviter les flaques d’eau. Au bout de quelques minutes, Oto se retourna, il l’avait repéré.

- Excellent face de porkass, on va passer aux choses sérieuses…

Elle sortit de l’ombre et s’immobilisa. Oto Mustam n’avait pas bougé, fixant son invitée surprise des yeux. Il ne semblait pas en posture de combat, mais Volesprit n’en avait que faire, elle devait en avoir le cœur net. Elle se rua comme une démente sur le chef de la milice qui resta muet de surprise devant une charge aussi brutale.

- Complètement à la ramasse cette iop pensa-t-il. Non mais vraiment…

Il dégaina sa hallebarde et se campa sur une position défensive. Il connaissait ce genre d’assaut, le genre a vous apprendre la division par deux avec votre corps en guise d’exemple. Arrivé a dix pas de lui, Volesprit bondit et frappa de toute ses forces sur la flaque d’eau devant les pieds d’Oto qui fut éclaboussé et reçu dans les yeux un peu de boue.

- Quelle chienne rugit t’il, mon costume tout neuf !

Il frappa d’un grand mouvement circulaire pour forcer son adversaire à prendre ses distances. Du revers de la manche, il nettoya son visage mais ne vit plus de traces de la iop. Il regarda autour de lui, mais ne la vit pas. Il avait un peu de mal a cerner le comportement de la iop, quel intérêt d’avoir chargé si c’était pour rompre le combat juste après ?

- Seulement pour salir ton costume tête de gland.

Oto se retourna d’un bond, elle était là devant lui, avec un sourire jusqu’aux oreilles. Non mais elle se moquait de lui en plus !

- Je savais que les disciples iop avaient un cerveau plus petit que la moyenne, mais alors toi, tu pulvérises des records ! Pour qui te prends tu à salir mon uniforme forgemagé ? Tu sais combien ça coûte une séance ? Oh pardon, j’ai dû enchaîner trop de syllabes pour ton cerveau. Tu veux que je retente en poussant des grognements de bwork ?
Volesprit rigola a pleine gorge et frappa soudainement en direction de son buste. Oto eut juste le temps de s’écarter pour éviter l’assaut, dans la précipitation, il glissa dans une autre flaque, se relevant le plus rapidement possible, il se remit en position de défense. Une fois encore, Volesprit s’était volatilisé. Complètement incrédule devant un comportement aussi bizarre, Oto se gratta la tête et pesta quand il vit l’état de sa tenue.

- Mon tailleur va encore se frotter les mains.

Il avança prudemment le long de la rue, mais plus aucunes traces de la iop. Après plusieurs minutes d’attente, il conclut que finalement elle avait dû partir ailleurs. Il regagna le plus rapidement possible sa maison situé à l’extrême Ouest de Brakmar, un peu en dessous du quartier des bouchers. Lorsqu’il poussa la porte moisie, il devina que quelque chose n’allait pas. Tout les meubles étaient à leurs places, mais il semblait manquer quelque chose… Il réalisa soudain ce qui manquait ! Il se rua dans l’escalier, manquant deux fois de se briser le cou et lorsque enfin il déboucha sur le palier du second étage, il sentit son sang se glacé. Quelqu’un avait kidnappé Cui Cui !

- Les scélérats ! Osé touché à mon Cui Cui ! Mon pauvre petit tofu vampirique ! S’ils ont touchés une seule de ses plumes…

Ecumant de rage, il lui fallut quelques minutes pour retrouver un état raisonnable. C’est seulement alors qu’il remarqua le petit parchemin au fond de la cage de Cui Cui. Il s’approcha et lut le parchemin. Ses mains se mirent à trembler de fureur en lisant le message :

« Oto Mustam, vous m’avez maltraité pour la dernière fois cette nuit ! Vous avez peut être épinglé mon pied, mais moi, je me régalerais de votre joli petit mignon Cui Cui. Au passage, un nom bien ridicule, même pour un tofu ! Signé : Falé Paboir, Taverne de Djaul. »

- Je vais m’occuper de toi personnellement tavernier, tes cries d’agonie raisonneront dans Brakmar, à travers les landes de sidimotes, à travers les plaines de Cania, et même ces loqueteux de Bontariens entendront tes hurlements cracha-t-il enfin dans un rire hystérique !

Il sortit comme un ouragan de chez lui, ne remarquant pas deux silhouettes cachées dans l’ombre de son salon. Lorsque Oto sorti de chez lui, la plus petite silhouette rigola de bon cœur, elle sortit de l’ombre de la pièce et Oto, s’il était resté, aurait pu voir celui qui détenait Cui Cui. Alestor, disciple du Dieu Enutrof tenait dans sa main un… tofu. Volesprit qui se relevait être la seconde personne caché, sorti a son tour, et alléchée par la farce lui tînt a peu près ce langage :

- Oh que votre fourberie est mesquine maître Alestor ! Si tout les guerriers de cette bonne vieille Amakna avait votre sagesse et votre chance, vous ne seriez plus les plus riches de ce monde !
Maître Alestor, par ce langage courroucé voulu menacer du point la jeune Volesprit. Mais par un malheureux hasard, le tofu en profita pour s’échapper pour finir… dans le sac de Volesprit qui déclara :
- L’affaire est dans le sac, partons !

Et alors, ils se mirent à rire comme des déments dans la maison d’Oto. Lentement, ils sortirent tout les deux, jettant un œil au cas où une patrouille serait dans la rue.

- Tu ferais mieux d’être à la taverne avant ce bon vieux Oto suggéra Alestor.
- Oui en effet. Il ne faudrait pas gâter notre farce en si bonne voie.
- Hé hé hé ricana Alestor. Ah ! Et n’oublie pas le plat de tofu qu’on a volé dans la maison tout à l’heure.
- Ne t’inquiètes pas, j’ai pensé à tout.
Alestor partit dans un fou rire en voyant Volesprit fondre dans la nuit vers le centre de Brakmar
- Une Iop qui réfléchit, quelle bonne blague. Je me demande si elle c’est rendu compte que le plat n’était pas celui d’un tofu cuisiné au citron… Et il rigola de plus belle.

Oto voyait à présent la taverne de Djaul. Ses doigts se crispèrent brièvement et il hésita un moment sur l’ordre des tortures qu’il allait exécuter.

- Oh pis flûte alors ! S’il meurt avant, je finirais avec un des clients !

Il entra en pulvérisant la porte de la taverne. Tout les discussions s’arréterent sur les lèvres des clients. Le tavernier qui voyait qui venait d’entrer perdit toutes ses couleurs. Il sentit s’ouvrir sous lui un précipice de peur et de tourment. Jetant des regards affolés, il remarqua soudain une autre présence qu’il n’avait pas vu. Volesprit ! Elle se tenait assise à l’une des tables dans le fond, un plat fumant devant elle. Comment Est-ce possible ce demanda-t-il ? Pris de panique, il voulut fuir, mais la porte habituellement ouverte derrière le bar était à présent verrouillée ! Il entendit un bruit de pas derrière la porte, et un petit rire d’Enutrof. N’ayant pas la force pour fuir par la porte où se tenait encore Oto, il dépassa son bar et attendit que le Destin vienne le frapper. Oto fixait le tavernier a tel point que lui aussi ne vit pas Volesprit. Il sentit sa colère exploser d’une joie malsaine en voyant que le tavernier ne pourrait pas fuir. Aaaah que son agonie serait longue et délicate ! Il avança d’un pas ferme et se campa a dix pas du tavernier qui semblait fondre de terreur devant lui.

- Je ne poserais la question qu’une fois tavernier. Où est Cui Cui ?
Le tavernier le regarda médusé. Cui Cui ? Était ce une farce destiné à le torturer encore plus avant de le tuer ?
- Cui Cui ? Messires, je ne connais personne de ce nom, par pitié, si vous voulez me tuer, faites le, mais ne me demandez pas de réfléchir !
Oto sentait sa patience fondre comme les kamas devant un zaap. Il osait se moquer de lui.
- Cette erreur était la dernière, vous n’auriez pas dû toucher à Cui Cui ! Pauvre petit tofu… Vous avez osez le cuisiner !
- Un to…to…tofu ? Je ne cuisine pas de tofu messires !
- Menteur… lâcha une voix dans la pièce qui était plongé dans le silence depuis l’entrée fracassante d’Oto, ou plutôt, depuis que Oto avait fracassé la porte, mais ce détail importe peu.
Oto et le tavernier regardèrent dans la même direction. Le tavernier savait déjà qui avait parlé, mais pas Oto qui n’avait toujours pas remarqué Volesprit. Lorsqu’il la vit, son sourire devint encore plus carnassier.
- Ainsi jeune Iop, tu es le complice de ce balourd ? Et moi qui pensait que tu ferais une recrue exceptionnelle… Ton sort ne sera pas différent du sien.
- Oh… mais il sera surement différent de celui de ton uniforme. Pas très saillant de venir dans une taverne comme un loqueteux lâcha Volesprit avec un sourire éclatant.
- Ton sens de l’humour est vraiment décapant Iop !
- Pas autant que ce bon ragoût de tofu devant moi. Elle sourit de nouveau.
Oto se retourna vers le tavernier brusquement.
- Jamais de tofu hein ? Espèce de…
- Mais regardez donc sur la carte, le ragoût de tofu n’apparaît pas !
- Menteur lâcha de nouveau Volesprit qui semblait se délecter de la dispute.
- Ah et depuis quand un Iop sait lire demanda le tavernier.
- Euh…
- Vous voyez messires, cette personne vous mens ! Elle ne mange pas de ragoût de tofu, d’ailleurs, voyez les côtes dans son assiette ? Depuis quand un tofu a des côtes?

Volesprit regarda son assiette et remarqua qu’en effet il y a avait des côtes. Oh oh pensa-t-elle, pas bon. Elle se rappela l’expression amusé d’Alestor. Il avait dû la piéger aussi. Elle resta quelques secondes incrédule, pis éclata de rire.

- Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle Iop lâcha Oto qui semblait revenir à lui.
- Il faut dire qu’avec toute la boue sur votre visage, difficile de voir quelque chose. On se demande comment vous avez fait d’ailleurs pour trouver votre chemin d’ici à chez vous. Bien, je vais vous révélez où est Cui Cui.
- C’est vous qui l’avez ! S’exclamèrent en même temps Oto et le tavernier.
Oto d’ailleurs n’apprécia pas que le tavernier parle en même temps que lui et frappa du revers de la main le tavernier pour le réduire au silence. Personne ne parle en même temps que lui.
- Alors où est Cui Cui ? Demanda enfin Oto.
Le tavernier se garda bien de poser la même question, même si elle lui brûlait les lèvres, ou alors était ce le sang qui coulait sur son visage ?
- Oh et bien… il est…
- Il est ?
- Dans ton cul… lâcha Volesprit qui partit d’un fou rire dément dans la taverne.

Tappant du pied, elle s’écroula de rire sur sa table, renversant le plat par terre. Un silence de mort était de nouveau tombé dans la pièce, tout le monde s’attendait à voir Oto attaquer d’un instant à l’autre. Mais il ne faisait rien. Médusé, il regardait Volesprit qui semblait ne plus pouvoir s’arréter de rire de cette blague idiote. Il repensa a ses assauts dans la rue, son comportement ici, et cette blague…

Quelques secondes s’écoulèrent ainsi. Pis Volesprit arrêta de rire. Elle prit son air le plus sérieux ( pour un Iop ) et s’enfuit à toutes jambes dans la rue. Il fallut un instant à Oto pour comprendre. Puis il se rua a son tour dans la rue à la poursuite de cette démente. Cui Cui purent entendre les habitants de Brakmar dans la nuit quand Oto poursuivait Volesprit. Le tavernier mit encore plus de temps que les autres a comprendre la chance qui s’ouvrait à lui. Il devait fuir, la prochaine fois, Oto ou Volesprit le tuerait, ou les deux peut être. Il se retourna, se rappelant que la porte était verrouillé, il se rua lui aussi dans la rue et pris la direction opposé d’où était parti Volesprit et Oto quelques instants avant.

Cela faisait presque une heure que le tavernier courait comme un fou furieux lorsque il s’arrêta pour reprendre son souffle. Il entendit alors un bruit léger de pas. Un frisson le traversa, il se releva, à bout de souffle, jetant des regards paniqués partout. Il remarqua alors une ombre, petite, qui avançait devant lui en chantonnant. A moins de dix pas de lui, le tavernier put distinguer les traits de l’étrange apparition. Il mesurait a peine plus qu’un enfant d’une dizaine d’années, vieux, la barbe assez blanche, aucun doute sur la race : un Enutrof.

- Qu…qui êtes vous ? Et que me voulez vous ?
- Je me nomme Alestor, et ce que je veux de vous ? Moi rien. Par contre, je crains que Volesprit ait quelques mots à vous dire.

Le tavernier hurla de terreur. Les patrouilles arrivèrent sur les lieux où le cri avait jailli quelques minutes après. Mais nul trace de quoi que ce soit. Le tavernier avait disparu.


Dernière édition par Volesprit le Mar 10 Nov 2009 - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jam

avatar

Nombre de messages : 166
Age : 33
Localisation : IDF
Date d'inscription : 14/07/2008

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Lun 9 Nov 2009 - 22:25

Moi aussi j'ai une histoire !

Ca commence par : "Un jour, au stage d'été..." Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volesprit

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 32
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Lun 9 Nov 2009 - 23:17

On veut la suite Jam :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jam

avatar

Nombre de messages : 166
Age : 33
Localisation : IDF
Date d'inscription : 14/07/2008

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Lun 9 Nov 2009 - 23:39

Pas pour l'instant, on verra un autre jour Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volesprit

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 32
Localisation : Dans un profond sommeil
Date d'inscription : 16/09/2009

MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   Lun 9 Nov 2009 - 23:41

[ Chapitre 3 en préparation ]

Le tavernier va t'il survivre à Volesprit ?
Oto Mustam va t'il retrouver cui cui ?

La suite bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La bibliothèque des Rk   

Revenir en haut Aller en bas
 
La bibliothèque des Rk
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REGISTRE] Catalogue des oeuvres de la Grande Bibliothèque ducale
» La bibliothèque à étagères / Bandes dessinées
» Dépoussièrage de la bibliothèque
» La bibliothèque à étagères / matériels navals
» Bibliothèque d'Alistair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Redemption Knights :: Venez vous détendre au coin du feu... :: La Taverne du Dark Vlad-
Sauter vers: